Siric > Recherche > Programmes du SIRIC > Radiobiologie

La radiothérapie est une technique efficace et largement employée dans le traitement des cancers. Les progrès récents de la radiothérapie permettent de délivrer une dose maximum à la tumeur et d’épargner au maximum les tissus sains. Cependant, certains patients peuvent présenter des tumeurs radio-résistantes, ou développer des effets indésirables graves traduisant une hyperréactivité biologique à la dose reçue par les tissus sains. Le but de ce Programme est d’optimiser le ciblage thérapeutique en radiothérapie externe et interne tout en réduisant les effets secondaires des traitements.

Coordonné par le Pr David Azria (responsable du Pôle d’Oncologie Radiothérapie de l’ICM) et Dr Muriel Brengues (chercheur à l’IRCM), ce Programme rassemble des équipes d’oncologues radiothérapeutes pionnières de l’innovation technologique en radiothérapie, et des experts de la recherche fondamentale en radiobiologie, immunologie, bio-informatique, sciences physiques et mathématiques qui collaborent pour développer une recherche translationnelle originale et compétitive dans le domaine de la radiobiologie appliquée à l’oncologie.

Ce programme s’articule autour de deux grands axes principaux:

Axe 1 : Le développement par l’équipe de Montpellier d’un biomarqueur de radiosensibilité a montré qu’il était possible d’identifier au moyen d’un test sanguin rapide et innovant les patients qui ont un risque constitutionnel majoré de développer des séquelles sévères après une radiothérapie. Dans la continuité de ces travaux, le premier axe de ce Programme vise à approfondir l’étude des mécanismes cellulaires et moléculaires impliqués dans le développement de ces toxicités. Ces recherches seront cruciales pour identifier les patients qui pourront bénéficier au mieux du premier et unique système de guidage par IRM au monde pour la radiothérapie dont l’implantation à l’ICM est prévu en 2018. Cette nouvelle technologie d’IRM embarquée sur accélérateur permettra de réduire au maximum les volumes irradiés, et représente une avancée majeure pour l’amélioration des traitements par radiothérapie.

 

Axe 2 : Le deuxième axe de développement vise à comprendre le mode d’action des rayonnements ionisants dans l’organisme, les tissus et jusqu’à l’échelle cellulaire lors de l’administration de la radiothérapie interne (dite encore radiothérapie vectorisée). Ce champ de recherche comprend des études dosimétriques approfondies, mais aussi des investigations sur l’impact psychologique et sur la qualité de vie des patients en collaboration avec les chercheurs en psychologie et comportement de santé.